Annonces

Guide Cambodge
Archives

L’UNESCO n’a pas approuver le plan du Cambodge pour le temple Phra Viharn

Le Comité du patrimoine mondial lors d’un vote unanime a décidé de reporter à l’année prochaine la décision d’accepter ou non le plan du gouvernement cambodgien pour le temple hindou de Phra Viharn. Lors de la Réunion au Brésil, les membres du comité ont convenu que le document de quatre pages du Cambodge a été insuffisant. Soumis il y a six semaines seulement, le plan n’a pas été vu par la partie thaïlandaise. Par conséquent, il n’a pas été approuvé dans son état actuel. Toute considération autre devra attendre jusqu’à la réunion du comité de l’année prochaine, à Bahreïn.

Le temple est situé le long de la frontière Cambodge-Thaïlande. Elle demande donc l’approbation des deux Etats propriétaires légitimes. En 1962, la Cour internationale a délivré au Cambodge, suscitant des protestations en provenance de Thaïlande. Elle a été suivie par des escarmouches frontalières sur le site.

Le temple est en territoire cambodgien, mais est entourée par la jungle couverte de collines escarpées revendiqué par la Thaïlande. L’accès au site à partir du côté cambodgien est presque impossible.

Après des années de négociations, la question a refait surface en 2008, lorsque le Comité du patrimoine mondial de l’UNESCO a accordé l’état du site du patrimoine mondial, qui aurait exigé la Thaïlande à lui accorder l’accès de son côté de la frontière.

Les résidents des villages voisins dans la province Srisaket sommes heureux de la décision. «Nous sommes très heureux d’entendre les bonnes nouvelles, disaient-ils. « La situation de stress, il est impossible pour nous de gagner notre vie en vendant des produits forestiers pour les visiteurs, où les gens des deux pays dans le passé. »

Afin d’éviter le risque de plus de conflits frontaliers, le vice-Premier ministre thaïlandais Suthep Thaugsuban a demandé à l’Alliance populaire pour la démocratie « ne pas se rassembler à la frontière car elle peut conduire à la tension politique. »

Satisfait de la décision du comité, il a ajouté qu’il « constituait une bonne occasion pour le Cambodge et la Thaïlande pour résoudre le problème pacifiquement. »

Laisser un commentaire