Annonces

Guide Cambodge
Archives

Le « Second Angkor » en cours de restauration mais toujours hors des sentiers touristiques de masse

Il est encore enlacés par les branches et racines de la jungle, mais un des plus grands monuments du Cambodge s’éveille lentement après huit siècles de sommeil isolé, ayant attiré une équipe d’élite d’archéologues et quelques touristes mordus d’aventure.

« Ça prend un certain temps pour dévoiler ce temple – et il y a partout des séductions», déclare John Sanday, le chef d’équipe, navigant à travers les broussailles enchevêtrées se trouvent les spectaculaires tours, bas-reliefs et dans les chambres obscures, le complexe monastique de Banteay Chmar .

Jayavarman VII, considéré comme le plus grand roi de l’empire angkorien, pour ériger ce vaste temple bouddhiste à environ 170 kilomètres de Angkor et dans l’un des endroits les plus isolés et les plus secs au Cambodge reste l’un de ses nombreux mystères.

À son apogée au 12ème siècle, l’empire s’étendait sur une grande partie de l’Asie du Sud, ses dirigeants s’engageant dans une frénésie de construction qui a produit certains des plus grands monuments religieux du monde.

Appelé le « Second Angkor Wat », Banteay Chmar s’approche de la taille du premier, mais est plus figé dans le temps que la superstar manucuré, et a jusqu’à présent été épargnée par les fléaux du tourisme de masse de ces dernières années à Angkor.

En 2011, une moyenne de 7000 touristes par jour ont visité Angkor, l’un des sites touristiques en Asie les plus populaire qui attire les visiteurs dans la ville de Siem Reapdu au nord-ouest du Cambodge.

Abandonné pendant des siècles, puis coupé du monde par les Khmers Rouges et la guerre civile, Banteay Chmar n’a pas accueilli de visiteurs jusqu’en 2007, lorsque les dernières mines ont été déminés et les pillages qui ont ravagé le temple de défense dans les années 1990 ont été largement interrompue.

Laisser un commentaire