Annonces

Guide Cambodge
Archives

La violence contre les travailleurs à Phnom Penh pourrait nuire à l’image touristique du Cambodge

CAMBODIA/La mort de travailleurs de l’industrie textile, qui souhaitent obtenir une hausse des salaires, par la police militaire montre que la situation dans la capitale cambodgienne de Phnom Penh devient de plus en plus tendue.

Est-ce le fantôme de la révolution du Printemps Arabe qui atteint les côtes de l’Asie du Sud-Est ? Alors que la Thaïlande est prise au piège dans une protestation sans fin contre son gouvernement, le Cambodge est secoué par des manifestations régulières depuis la dernière élection générale en été 2013.

La réélection en juillet du Premier ministre Hun Sen a provoqué depuis des rassemblements de masse dans la capitale avec les manifestants, surtout les jeunes Cambodgiens qui lui demandent de quitter le pouvoir et provoquent des violences sporadiques. L’opposition a depuis l’élection de juillet, refusé de siéger à l’Assemblée nationale nouvellement élue et a accusé le premier ministre d’avoir truqué le vote.
De nombreux rassemblements ont eu lieu au cours des derniers mois, tandis que la manifestation continue des travailleurs du textile a pris une tournure plus violente. Vendredi dernier, l’assassinat de quatre travailleurs par la police a généré des protestations officielles de plusieurs ONG basées dans la capitale cambodgienne. Un jour avant, une autre manifestation a été rompu par les troupes militaires avec de nombreux manifestants, y compris des moines qui furent arrêtés et brutalisés, selon des témoins.

Le groupe de défense des droits LICADHO a déclaré dans un communiqué qu’au moins quatre civils ont été tués et 21 blessés dans ce qu’il a décrit comme «le pire état ​​de violence contre des civils frappant le Cambodge en 15 ans .  » Amnesty International a rejoint LICADHO en exigeant une enquête sur les violences.

La déclaration a expliqué que les forces de sécurité ont utilisé des balles réelles pour tirer directement sur des civils.  » L’utilisation de balles réelles a été prolongée et aucun effort ne semble avoir été fait pour empêcher la mort et des blessures graves ». Les rapports indiquent que les forces de sécurité ont également été blessés après avoir été frappé avec des pierres.  » Selon l’envoyé spécial de l’ONU sur les droits de l’homme au Cambodge, Surya Subedi, cela fait déjà la troisième fois depuis l’élection contestée que les autorités ont tué des manifestants. Après les derniers massacres de vendredi, l’armée a également publié une déclaration disant qu’elle prendrait toutes les mesures nécessaires pour défendre le gouvernement, le roi et la constitution du Cambodge.

Bien que les voyageurs ne sont pas susceptibles d’être confrontés à la violence persistante contre les travailleurs, cela pourrait cependant décourager les visiteurs à rester à Phnom Penh.

Cependant, l’ambassade des États-Unis a publié sur son site internet un message de sécurité pour alerter les citoyens américains résidant ou voyageant au Cambodge. Après l’annonce le Samedi 4 Janvier par le gouvernement cambodgien d’une interdiction de toute manifestation publique dans et autour de Phnom Penh, l’ambassade des États-Unis indique qu’il existe un potentiel de violence ainsi que des restrictions importantes sur la circulation automobile autour de Phnom Penh alors que le gouvernement risquait de bloquer les routes principales de la capitale. L’ambassade a noté que la violence, y compris les décès , ont eu lieu dans des barrages routiers dans le passé récent. Le rassemblement prévu par l’opposition, le dimanche 5 a cependant été annulé, suite à la répression de vendredi.

Laisser un commentaire