Annonces

Guide Cambodge
Archives

5 choses gratuites à faire et à voir à Phnom Penh

phnom-penh-cambodgeLa capitale cambodgienne de Phnom Penh se modernise rapidement. Un hôtel et un casino gigantesque appelé NagaWorld a récemment été achevé, et des dizaines de gratte-ciels poussent comme des champignons un peu partout dans la ville.

Mais quelques-uns des endroits les plus intéressants de la ville sont reliés à son passé. Un certain nombre de musées en honneur des victimes du génocide des Khmers rouges, tandis que l’architecture coloniale française nous ramène à une époque révolue où la ville était connue comme la perle de l’Asie.

Des décennies plus tard, le surnom semble encore valable, ce qui suggère une pure beauté intérieure dans une enveloppe dure.

Le développement du tourisme dans le secteur de Phnom Penh signifie également que presque toutes les attractions ont un droit d’entrée, même si c’est juste un dollar ou deux. Mais en accord avec l’histoire, certains sites ne coûtent rien du tout.

Le pont Chroy Changvar :

Pour observer un pays à un carrefour, quel meilleur endroit que d’un pont suspendu ? Construit en 1966 et reconstruit en 1995 après sa destruction aux mains des Khmers rouges, le pont de l’amitié nippo-cambodgienne offre un regard panoramique sur la vie des deux côtés de la rivière Tonle Sap. Faites des randonnées à travers le sentier étroit si vous osez, mais soyez prêt à esquiver la circulation venant en sens inverse, ou simplement pour faire pause et admirer la vue qui s’étend sur des kilomètres.

Le quai Sisowath

Pour une aventure au bord de l’eau un peu plus près du sol, se promener au-delà des charmants cafés, des pubs bruyants et des nombreuses boutiques le long de ce tronçon riverain populaire. Avec le Palais Royal en arrière-plan, les galeries le long de la rue 178, connu par les habitants comme la Street Art, pour un aperçu de l’artisanat local et des échantillons de soie. Surplombant Chaktomuk, le point de convergence des trois rivières de la ville: le Tonlé Sap, le Mékong et le Basaac, le tout s’anime la nuit, lorsque les touristes et les habitants viennent se détendre dans les bars.

Phsar Thom Thmei

Sous un dôme jaune citron art déco, le Marché Central offre des kilomètres de shopping. Mais si vous ne supportez pas l’idée de laisser les mains vides, achetez des tongs, des bijoux, des spécialités comme le mangoustan juteux ou des insectes frits, ou des écharpes lumineuses et Khama. Le vendredi, le samedi et le dimanche soir, le marché de nuit à proximité (Phsar Reatrey) arrive pour afficher l’artisanat fabriqué par des artisans locaux.

Le Temple
Avec une étiquette de prix d’un dollar, l’admission au vieux temple  de plusieurs siècles sur la colline de Wat Phnom n’est pas tout à fait gratuite. Pas plus que les tours d’éléphant qui sont offerts sur le site. Mais une promenade libre et insouciante autours des motifs bucoliques est une récompense en soi. Sculpté dans la colline menant à l’entrée du temple se trouve une horloge topiaire, alors qu’une gigantesque sculpture d’un Naga, ou serpent de mer, fournit encore une autre séance de photos.

Des hommages en monument :
De belles statues surgissent dans des lieux insolites autour de la ville, deux des structures les plus emblématiques sont à quelques pas du Palais Royal. Inspiré par des fleurs de lotus et de stupas bouddhistes, ou tumulus, le clocher à bulbe du Monument de l’Indépendance est une nuance frappante de terre cuite par jour et brillamment éclairée par nuit.
Éclatant ou non, il a été construit en 1958 pour commémorer l’indépendance de la France qui avait été atteint cinq ans plus tôt. Les soldats en béton à la base du Monument de l’Amitié du Vietnam au Cambodge, d’autre part, de rendent hommage à une alliance formée entre les deux pays à la suite de l’automne 1979 des Khmers rouges.

Laisser un commentaire